VIBHAJJAVADA, l'école de la vérité expérimentée

Vibhajjavada, c'est ainsi que s'appelait le "bouddhisme" à l'époque du Bouddha Shakyamuni... Ce mot signifie "L'école de la vérité expérimentée". 

 

Quelques mots sur le Bouddhisme


- Le bouddhisme propose une vision du monde révolutionnaire, inégalée à ce jour. Cette vue n'est pas le résultat de spéculations théoriques ou d'opinions ; elle est au contraire le fruit d'une expérience intérieure profonde qui nous met en relation avec la véritable nature de notre esprit et ce faisant de toute chose.
 

- Le Bouddhisme propose, grâce à l’introspection, la réflexion, la Méditation, la contemplation et l’action (entre autres choses), de libérer l’esprit de toutes ses négativités. Ainsi, l’esprit libéré et serein, nous pouvons aborder la vie d’une façon plus constructive et plus saine. De façon ultime, le bouddhisme propose de retrouver la vérité de notre vraie nature et de nous libérer complètement de la souffrance : c'est cela la Libération, le Nirvana, l'état de Bouddha.

 

- Le Bouddhisme n’est ni une religion ni une philosophie : c’est une voie spirituelle, c'est à dire une expérience intérieure permettant de se transformer. C'est cette expérience qui a permis de formaliser une science de l’esprit et des lois universelles de la nature. De même que c'est de cette expérience que le bouddhisme a exprimé certains principes comme : la non-violence, la tolérance, l’amour et la compassion, le respect des autres, l’entraide, une vie axée vers le bien et la vertu, la recherche du bonheur pour soi et pour les autres.

 

- Mais ici, il faudrait dire qu'en fait il n'y a pas de théorie. Etant issu de l'expérience, il s'agit de Vérités. Cependant, ces Vérités sont à redécouvrir pour chaque personne. Elles ne sont absolument pas des dogmes qu'il faudrait suivre aveuglément.

 

- En fait, cette expérience intérieure nous invite à de profonds changements dans notre façon de penser, donc d’être et d’agir. C’est vraiment un chemin intérieur et une aventure personnelle.

 

- On peut essentialiser l’enseignement du Bouddha en 3 points :

 

1- Ne pas faire le mal, s’en abstenir , s’en détourner - LA PAIX : Ceci est l’essence de l’enseignement du 1er tour de roue du Dharma. Ceci est obtenu par la méditation du calme mental, la paix de l’esprit (Shamatta) associée à la (l'auto) discipline. Il est à la base des enseignements de toutes les écoles : Théravada, Mahayana et Vajrayana. Cependant, le Théravada va lui accorder une place centrale.

 

2- Faire le bien, procurer le bonheur à soi-même et à autrui - LA VERTU : Ceci est l’essence de l’enseignement du second tour de roue du Dharma. Ceci est obtenu par la méditation de la Vision pénétrante (Vipassyana) sur l’amour et la compassion pour tous les êtres. Il est à la base des enseignements de toutes les écoles. Cependant le Mahayana va lui accorder une place centrale.

 

3- Transformer cet esprit qui est le notre - LA SAGESSE : (Transformer notre Ignorance en Sagesse, découvrir la véritable nature de notre esprit qui est bouddha). Ceci est l’essence de l’enseignement du troisième tour de roue du Dharma. Ceci est obtenu par la méditation Vipassyana sur la Vue Ultime (Shunyata* de tous les phénomènes) associée à Shamatta, que l’on dissout ensuite dans la véritable nature de l’esprit (La claire lumière de RIGPA). Il est à la base des enseignements de toutes les écoles. Cependant le Vajrayana va lui accorder une place centrale.

 

* Shunyata : Vacuité - Plénitude, Espace de liberté infini libre et joyeux, existence sans substance et sans soi intrinsèque, libre de fabrication mentale, potentiel de créativité et d'action infini.

 

Bien évidemment, chaque cycle d’enseignement comporte ces 3 points. De la même façon chaque grande tendance du bouddhisme étudie et pratique ces 3 points. Cependant, chacun met en avant - insiste plus particulièrement sur un des points. Tous les enseignements du Bouddha sont déjà compris dans le premier tour, tout comme ils sont tous compris dans les deux autres. Il est donc vain de vouloir opposé Théravada, Mahayana et Vajrayana.

 

- La pratique bouddhiste est progressive et s’adapte au rythme de chacun.

 

- Chacun reste en définitive son propre maître , car la liberté est un des fondements du Bouddhisme. Mais cette liberté a un sens différent de ce que l’on entend en occident : en général, en occident, liberté signifie que l’on peut faire ce que l’on veut, que l’on se considère seul à décider, etc. Dans le Bouddhisme, Liberté et Responsabilité sont intimement liés : nous sommes libres car c’est nous seul qui décidons de la route à suivre (le bien ou le mal) et en ce sens nous sommes responsables de tous ce que nous faisons : nous récoltons ce que nous semons. La liberté Bouddhiste est fondée sur le respect et l’amour de l’autre et de soi-même, car en définitive, nous sommes tous liés les uns aux autres : notre vie dépend des autres et de notre environnement.

 

- Le mot "bouddhisme" est d'ailleurs inapproprié. Il ne correspond pas à une nomenclature des enseignements des bouddhas. Il est une fabrication des penseurs occidentaux qui dans leurs efforts pour nommer cette non-religion et non-philosophie, ont fait simple : associé le nom du bouddha à un "isme" comme cela fut fait pour le christianisme.

 

- En réalité, à l'époque du bouddha Sâkyamuni, les enseignements étaient appelé "vibhajjavâda", mot qui signifie "L'école de la Vérité expérimentée". Tout un programme...

 

- Aujourd'hui, le mot bouddhisme est devenu incontournable. Il n'est donc pas dans mon propos de vouloir le supprimer du vocabulaire. Il me semble néanmoins utile de garder à l'esprit le sens qu'il véhicule à chaque fois que nous l'utilisons.



"Le message essentiel que nous livrent les enseignements bouddhistes est qu'il existe un espoir immense, dans la vie comme dans la mort, à condition que nous nous y soyons préparés.

 

Ces enseignements nous révèlent qu'une liberté prodigieuse, et finalement sans limites, est possible, qu'il nous appartient d'y travailler dès maintenant, durant notre vie ; une liberté qui nous permettra de choisir notre mort et, par conséquent, de choisir notre renaissance.

 

Pour celui qui s'est préparé et s'est engagé dans une pratique spirituelle, la mort arrive non comme une défaite mais comme une victoire, devenant ainsi le moment le plus glorieux de la vie, son couronnement." (Sogyal Rinpoché)